Consultations à l’Élysée : le cahier de doléances du Medef

Le président du Medef, Pierre Gattaz (photo), lève un coin de voile sur les attentes de son mouvement, après avoir rencontré le président de la République ce 23 mai, dans le cadre des consultations avec les partenaires sociaux sur la réforme du Code du travail et plus largement sur la situation économique et sociale.

 

Pierre Gattaz a insisté sur quatre réformes qu’il juge indispensables. Primo, le coût du travail, dont il faut poursuivre la baisse « en supprimant les impôts de production et l’ISF »; secundo, l’assouplissement du marché du travail, « le plus rapidement possible « ; tertio, la révision de l’enseignement professionnel et de la formation. Quarto, la simplification de l’environnement législatif et réglementaire « pour libérer les énergies entrepreneuriales ».

 

Pour couronner le tout, le patron des patrons demande la suppression pure et simple du compte pénibilité et le renoncement au prélèvement de l’impôt sur le revenu à la source. « Le gouvernement précédent a créé des dispositifs complexes, coûteux et absurdes. Il faut savoir reconnaître les erreurs, être pragmatique et les supprimer » ajoute le communiqué du Medef.