Conventions collectives agricoles : la retraite supplémentaire pour tous, c’est maintenant  

À partir du 1er juillet, tous les salariés non cadres ayant une ancienneté continue d’au moins 12 mois devront bénéficier d’un régime de retraite supplémentaire à cotisations définies exprimé en points. C’est prévu par deux accords nationaux signés par les partenaires sociaux de la production agricole, des coopératives d’utilisation de matériel agricole (CUMA), et des entreprises de travaux agricoles, ruraux et forestiers (ETARF), dans le cadre de la modernisation de leurs conventions collectives. Ce plan est financé par une cotisation de 1 % prélevée sur la totalité de la rémunération dont 0,50 % est à la charge de l’entreprise et 0,50 % à celle du salarié.

 

Agrica Prévoyance a anticipé. Il propose un régime de retraite supplémentaire conforme à la loi Pacte, instaurant le PER qui répond aux caractéristiques des accords.

 

Dès l’ouverture du PER, les sommes versées sont transformées en points et alimentent le compte d’épargne individuel du salarié. Celui-ci cumule des points tout au long de sa carrière jusqu’à son départ à la retraite. À la retraite, les points accumulés sont versés sous forme de rente et/ou en capital, en sus des retraites obligatoires de base et complémentaire.

 

Dans certaines situations précises, comme l’achat de sa résidence principale, le salarié aura la possibilité de débloquer tout ou partie de son épargne par anticipation.

 

 

Ce produit d’épargne retraite à long terme équipe déjà les cadres du secteur de la production agricole depuis de nombreuses années. « Notre proximité avec les entreprises nous permet de leur apporter des solutions concrètes et de les accompagner dans leurs nouveaux enjeux » explique Éric Gérard, DG adjoint du Groupe Agrica (photo).