Coronavirus : 20 000 emplois seraient menacés dans les agences immobilières

A en croire un sondage express réalisé auprès d’environ 2000 professionnels adhérents à la Fédération nationale de l’immobilier (FNAIM), les trois quarts des agences immobilières auront des difficultés de trésorerie d’ici fin mai

 

« Compte tenu des mécanismes de fonctionnement de la transaction, l’arrêt de l’activité du mois de mars a empêché l’encaissement des sommes liées aux ventes réalisées en janvier et de février. Depuis le début de confinement, près de 90% des actes planifiés ont fait l’objet d’un report.

 

Le président de l’organisation professionnelle, Jean-Marc Torrollion (photo), est formel : «  Avec l’arrêt actuel de la chaîne du logement, deux mois d’activité des agents immobiliers ont déjà été réduits à néant”.

 

Le report des délais de signature autorisé par l’ordonnance que le gouvernement a prise contribue à empirer la situation, selon la Fnaim. En outre le travail à distance que prônent les pouvoirs publics est freiné par le sous-équipement des études notariales selon la fédération, “la situation est dramatique : faute d’un redémarrage des transactions d’ici à la fin du mois de mai, les trois quarts des professionnels de l’immobilier spécialisés dans la vente auront dû cesser leur activité. Pas moins de 3 000 agences baisseront leurs rideaux. Plus de 20 000 emplois sont menacés ».