Dans le bâtiment, l’emploi se redresse, grâce à la construction neuve

La fédération française du bâtiment (FFB)  fait une analyse de la conjoncture plutôt positive. Son président, Jacques Chanut, souligne toutefois des incertitudes pour l’avenir.

La Fédération française du bâtiment (FFB) voit « l’amorce d’un rebond » de l’emploi dans le secteur, même si, au dernier trimestre et sur un an, les effectifs salariés baissent de 9 700 unités. Cette érosion est compensée par l’intérim, et depuis le début de l’année, la reprise s’amplifie. Le président de la FFB, Jacques Chanut la qualifie même de « prometteuse ».  Après une chute violente de la fin 2013 à la mi-2015, les embauches se sont progressivement améliorées, principalement au profit de contrats durables (CDI ou CDD de plus d’un mois).  « Si, la croissance se maintient et si l’environnement institutionnel reste favorable, la création d’emplois dans notre secteur sera bien au rendez-vous en 2017 », pronostique la FFB.

 

C’est la construction neuve qui tire l’activité vers le haut. Les travaux d’entretien. Ce segment reste à la peine et ne laisse pas percevoir d’amélioration à court terme, estime l’organisation professionnelle. Et cela alors que des dispositifs de soutien existent et que la rapide reprise des transactions dans l’ancien depuis la fin 2014 laissait espérer mieux. « Il y a donc bien nécessité de recalibrer et d’amplifier les dispositifs d’incitation existants ».

 

Le président de la FFB note toutefois deux incertitudes. La premier concerne les taux d’intérêt, la seconde a trait aux programmes des candidats à la présidentielle. Le thème du logement y est survolé.  « Les différents candidats ont presque tous renoncé en la matière à un objectif chiffré global », regrette-t-il.