Dans le gouvernement serré d’Édouard Philippe, tout le monde n’a pas « son » ministère

La composition du nouveau gouvernement fait des heureux et des déçus. Dans le premier camp, on trouve les chambres patronales du transport. La Fédération nationale des transports de voyageurs (FNTV) se félicite de la nomination d’Élisabeth Borne au ministère de la Transition écologique chargée des transports. Tout comme son homologue, la Fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR):  « un ministère des transports de plein exercice était une des revendications phares martelées depuis des mois par» affirme  cette dernière organisation.  « Avoir un ministre en charge des transports est un signal fort  pour un secteur majeur de l’économie, un employeur de premier plan, et un foyer constant d’innovation ». `

 

A l’inverse, Le Syndicat des machines et technologies de production (Symop), qui regroupe 270 entreprises, croit déceler « un mauvais signal envoyé à l’industrie à l’occasion de l’annonce du nouveau gouvernement. Pour la première fois depuis 20 ans, l’industrie n’a pas de ministère ou de secrétariat d’état dédié et n’est même pas rattachée à un grand ministère comme l’économie ». 

 

Les fédérations syndicales de fonctionnaires se situent aussi du côté des déçus. À l’instar de la FSU qui  « regrette que la Fonction publique ne soit pas un ministère de plein exercice. De plus, l’intitulé lie clairement l’action publique aux comptes publics ». Pour l’Unsa, c’est un mauvais signal donné aux agents, la fonction publique représentant un salarié sur cinq. Incrédule, la CFDT se demande comment un ministère qui représente 5 millions de personnes peut avoir disparu.

 

Mitigé, le Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE) applaudit la stricte parité de l’équipe emmenée par Édouard Philippe. Il souligne que la politique publique d’égalité entre les femmes et les hommes a son secrétariat d’État, confié à Marlène Schiappa, qui agira auprès du Premier ministre. Mais à l’image de  certains mouvements féministes, il  note qu’au sein du nouveau gouvernement, seule  une femme occupe un ministère régalien.