Dans les grands groupes, la féminisation du top management est plus avancée en France qu’en Allemagne

L’Observatoire Skema de la féminisation des entreprises publie ce 7 mars une étude inédite comparant la diversité dans les 53 plus grands groupes privés français et les 53 plus grandes entreprises allemandes. Michel Ferrary , professeur de management (photo) qui a mené les travaux s’est appuyé sur les rapports annuels 2017.

Il ressort de ce comparatif, premier du genre, quatre constats. En premier lieu, les grandes entreprises françaises sont plus féminisées que leurs homologues allemandes et l’écart s’accentue dans les échelons supérieurs de l’organisation. « Si dans les effectifs les proportions de femmes sont proches (36,12 % en France et 34,72 % en Allemagne), ces proportions sont de 30,39 % en France et 21,64 % en Allemagne au niveau de l’encadrement, de 13,42 % et de 7,29 % dans les comités exécutifs. », constate l’étude de Skema.

 

En deuxième lieu, en France, la loi de 2011 qui impose un quota minimum de 40 % de femmes dans les conseils d’administration à partir du 1er janvier 2017 est déjà dépassée : le ratio est de 40,97 %. En Allemagne, une loi de même nature votée en 2015 impose seulement un quota de 30 % de femmes dans les conseils d’administration à partir du 1er janvier 2016. Elle n’est pas encore entièrement respectée, puisque le taux de féminisation reste à 28,73 %.

 

En troisième lieu, en France, il y a une corrélation entre la présence des femmes dans le conseil d’administration et dans le comité exécutif. Autrement dit, les femmes du conseil d’administration incitent formellement ou informellement les dirigeants à recruter plus de femmes dans leur comité exécutif. Une telle corrélation est absente dans les entreprises allemandes. Par ailleurs, la population féminine parmi les managers sert de vivier de hauts potentiels dans lequel l’entreprise recrute les membres de son comité exécutif. Cette corrélation n’existe pas, outre-Rhin.

 

Enfin, dans les deux pays, plus l’effectif total est féminisé, plus la proportion de femmes dans l’encadrement et l’encadrement supérieur est importante.