Demandeurs d’emploi : le suivi professionnel et social coordonné, ça marche

Le plan de lutte contre le chômage de longue durée dévoilé par le ministre du Travail, François Rebsamen, se nourrit en partie de l’expérimentation, actuellement menée dans 43 départements, et visant à accompagner les demandeurs d’emploi les plus fragiles, non seulement en fonction de leur statut et de leurs droits (allocation chômage, RSA …), mais aussi sur le plan social, au quotidien. Logement, vie familiale et insertion sociale inclus. Dans les territoires concernés, les intéressés sont pris en charge conjointement par Pôle emploi et les services sociaux départementaux, dans une logique de complémentarité et de simplification des démarches. Et ça marche.

 

Dans le Doubs, premier département à s’être lancé dans ce dispositif mis sur pied à l’issue de la conférence sociale pour l’emploi de juin 2013, 661 demandeurs d’emploi ont été épaulés de cette manière, en un an. Selon un premier bilan, 152 d’entre eux  sont sortis de l’accompagnement global, dont 46%, avec un emploi (CDI, CDD, création d’entreprise, entrée en Esat, etc.), et 6% avec une formation. Les autres personnes ont été réorientées vers une autre modalité d’accompagnement de Pôle emploi ou ont quitté le dispositif de leur propre volonté : abandon, déménagement, cessation d’inscription. On ne peut pas parler de chômage, sans parler de la vie quotidienne des chômeurs, explique-t-on au Conseil général où l’on attend la visite de François Rebsamen, demain 13 février.