Déterminée à faire échec à la réforme du travail, la CFE-CGC propose un « mouvement unitaire »

A l’issue d’une réunion de son comité directeur, le 25 septembre, la confédération présidée par François Hommeril propose aux autres centrales syndicales une « action unitaire » . « Les ordonnances travail font peser un risque grave sur la situation des salariés. Elles facilitent la précarisation et la destruction des emplois et créent les conditions de la dégradation des conditions de travail », analyse-t-elle. Pire, «par son déséquilibre en faveur d’une flexibilité incontrôlée, cette loi marque un recul sans précédent qui n’aura aucun impact positif sur l’emploi et l’économie ».

 
Après avoir été critique sans entrer directement dans la protestation de rue, la confédération des cadres refuse « de rester passive sauf à se sentir complice de la dégradation de la situation ». Elle souhaite rallier toutes les centrales à un un mouvement  dont la date, les modalités et la nature restent à définir.