Déterminés, les salariés d’Ecopla viennent défendre leur dossier à Paris

Dans l’attente du jugement du tribunal de commerce de Grenoble attendu mi- septembre et de l’audience devant la cour d’appel programmée le 5 octobre, les salariés d’Ecopla vont  monter à Paris, pour défendre la viabilité de leur projet de reprise de l’entreprise en difficulté,  sous forme de Scop.

Les 77 salariés d’Ecopla, fabriquant de barquettes alimentaires  basé à St Vincent de Mercuze (38)  sont déterminés  à reprendre leur entreprise sous forme de Scop. Le tribunal de commerce de Grenoble les ayant éconduits, ils montent à Paris le 12 septembre pour défendre leur dossier. Ils ont un premier rendez-vous à  Bercy, aux cabinets Michel Sapin, ministre de l’Économie et des Finances, et de Christophe Sirugue, secrétaire d’État à l’Industrie. Ils comptent aussi rencontrer le garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas. Ensuite, direction la tour Montparnasse, où se trouve le quartier général de En marche ! , le mouvement créé par l’ex-ministre Emmanuel  Macron, lequel n’a jamais daigné donner suite à leurs sollicitations

 

Le 16 juin dernier, le tribunal de commerce de Grenoble avait avalisé la cession de la société en difficulté à son concurrent italien, pour un montant de 1,5M€.  «Et cela  sans qu’aucun salarié ne soit repris. Un non-sens industriel, économique et financier», selon eux.

 

Le projet que portent les employés avec le soutien de l’Union régionale des Scop prévoit un chiffre d’affaires de 13 M€ et le recrutement de 30 salariés supplémentaires d’ici 3 ans. Mais leur business plan ne convainc pas les juges consulaires.