Discrimination à l’embauche : Courtepaille réussit sa session de rattrapage

 

Courtepaille, épinglée pour discrimination dans le traitement des candidatures, a revu sa copie. Le ministère lui délivre cette fois un satisfecit.

La chaîne de restauration montre patte blanche. Son PDG,Anne-Marie Costet (photo), vient de présenter à la ministre du Travail, Myriam El Khomri, une nouvelle mouture de son plan d’action contre les discriminations selon les origines. Le précédent avait été jugé insuffisant le 14 mars dernier par la ministre. Celle-ci s’exprimait à l’occasion de la signature d’un pacte en faveur de la lutte contre les discriminations à l’embauche selon les origines. À cette occasion, la ministre avait évoqué les suites du testing engagé en avril 2016, et avait cité les cas d’Accor et de Courtepaille dont les procédures en la matière laissaient à désirer. Le testing avait conclu à un risque élevé de discrimination dans le traitement des candidatures par ces entreprises. En outre, celles-ci n’étaient pas parvenues à produire un plan d’action satisfaisant selon l’évaluation indépendante menée par l’agence de notation extrafinancière Vigeo Eiris.

 

L’enseigne Courtepaille est donc la première des deux entreprises concernées à présenter un plan revu et corrigé, soumis à l’évaluation de Vigeo Eiris. Le cabinet l’a conclu jugé probant.   

 

De son côté, l’entreprise Accor Hôtels a manifesté sa volonté de présenter une nouvelle qui passera également par l’expertise de Vigeo Eiris.