Discrimination : la deuxième vague de testing est en vue  

Le Gouvernement accélère. Il s’apprête à lancer la seconde vague testing qui concernera  40 grandes entreprises parmi les 120 premières capitalisations boursières de la place de Paris (SBF 120), tirées au sort. « Cette nouvelle étude permettra de mieux connaître la réalité des discriminations à l’embauche », tout en corrigeant les limites de la première vague.

 

 La méthode consiste à envoyer à la même entreprise deux candidatures fictives et similaires de candidats de nationalité française, ne différant que par la consonance supposée de leur nom. D’autres tests sont menés en adoptant pour critère de discrimination le lieu de résidence (adresse dans ou hors quartier prioritaire de la politique de la ville). Le testing mené est mis en ligne dans une volonté de transparence.

 

« La première vague du testing avait permis de révéler que des discriminations, volontaires ou non, peuvent continuer à exister dans notre pays, y compris au sein des plus grandes entreprises », rappelle -t-on. Les résultats, présentés en janvier dernier, avaient identifié sept entreprises pour lesquelles la présomption de discriminations était plus marquée.

 

C’est à la demande du président de la République que , la ministre du Travail, le ministre chargé de la Ville et du Logement, et la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, avaient  engagé la démarche en 2018.

 

»