Déconfinement : les PME peinent à reprendre leur activité (étude)

Les documents à télécharger :

D’après l’enquête menée par la CPME auprès d’un échantillon de 3000 entreprises de petite et moyenne tailles, et publiée ce 28 mai, des difficultés persistantes entravent la reprise d’activité.Dans une entreprise sur deux (52 %), l’ensemble des salariés a réintégré physiquement son poste tandis que 41 % maintiennent encore une partie, ou la totalité, de leurs effectifs en chômage partiel.

 

La totalité des dirigeants interrogés a pris des mesures de protection sanitaires pour éviter la propagation de l’épidémie. Mais dans un cas sur deux, il y a eu des difficultés à se procurer des équipements de protection individuelle (masques, gels, visières, etc. Plus de la moitié (51 %) des entreprises sont allées jusqu’à réorganiser les espaces de travail, plus d’un tiers (39 %) ayant assoupli le temps de travail en décalant les temps de pause ou en instaurant une flexibilité des horaires.

 

Toutes ces mesures ont un coût. Celui-ci s’élève en moyenne à 100 € par mois, et par salarié. Une très grande majorité des structures (88 %) n’a pas la possibilité de reporter ce coût sur le prix de vente ou sur les contrats en cours. L’étude montre que huit employeurs sur dix n’ont aucun accompagnement de la médecine du travail. Il est vrai que ceux qui en ont bénéficié en ont été satisfaits à 82 %.

 

Concernant les dispositifs de soutien aux entreprises mis en place par le gouvernement, il se confirme qu’elles rencontrent un vif succès du côté des entrepreneurs. Ainsi, le chômage partiel auquel près de neuf prospects sur dix ont eu recours est plébiscité. Le prêt garanti par l’État (PGE) rencontre un succès identique ( 88 % des entreprises). Consultez l’intégralité des résultats ci-dessous.