Le rapport Terrasse sur l’économie collaborative marque le début d’un grand chantier

Le député socialiste de l’Ardèche Pascal Terrasse, a remis au Premier ministre Manuel Valls, son rapport sur les enjeux de l’économie collaborative, ce 8 juillet. Ce document se fonde sur de nombreuses auditions et sur une large consultation en ligne. Le document constate que la France est à la pointe dans ce domaine : 276 plateformes d’économie collaborative, dont 70 % françaises, sont actives sur le marché français. En 2015, près d’un français sur deux a déjà acheté ou vendu à un autre particulier sur Internet. Il s’agit d’une évolution majeure, que les pouvoirs publics doivent toujours mieux accompagner, anticiper, afin d’en tirer la meilleure dynamique pour notre économie. C’est ce que propose le député Pascal Terrasse, à travers 19 propositions concrètes, répondant à 4 grands objectifs.

 

D’abord, permettre à l’économie collaborative de libérer tout son potentiel de croissance.  Ensuite, garantir le fonctionnement loyal et transparent de ces structures, pour les consommateurs et par souci d’équité vis-à-vis des acteurs de l’économie traditionnelle. Le projet de loi pour une République numérique, porté par Axelle Lemaire et adopté en première lecture à l’Assemblée nationale, pose d’ores et déjà les fondements de cet environnement concurrentiel équitable. Troisième objectif : mieux accompagner les parcours professionnels des travailleurs de ce secteur, et améliorer leur protection sociale. La convergence des droits sociaux entre les indépendants et les salariés doit être progressivement instaurée. Les plateformes doivent aussi soutenir les démarches de formation de ceux qui travaillent avec elles et favoriser, par exemple, l’accès au logement et au crédit.  Le rapport rappelle enfin que les plateformes doivent contribuer, à leur juste mesure, à la solidarité nationale. L’administration doit faire une distinction nette entre particuliers et professionnels, et clarifier les obligations de chacun.

 

Le Gouvernement va s’engager dans une démarche pragmatique pour conforter les usages collaboratifs tout en assurant une égalité de traitement entre acteurs. Un chantier sera engagé avec les différentes parties prenantes, «  afin d’évaluer les pratiques des professionnels et amateurs, et de permettre une simulation de leurs obligations et de leurs droits en ligne. Des moyens de notation des plateformes devront être étudiés pour valoriser les pratiques vertueuses », dit Matignon.

Le gouvernement présentera dans les prochaines semaines les actions qui seront engagées en ce sens, en mettant à profit les différents textes économiques en cours d’élaboration.