Droit de retrait : un conflit naissant chez Orchestra

Plusieurs salariés du spécialiste de vêtements pour enfants Orchestra en poste à l’entrepôt de Saint-Aunès (34)  sont sous le coup d’une sanction pour avoir fait jouer leur droit de retrait. Motif : absence de mesure de protection, malgré un cas avéré de contamination au coronavirus. « L’entreprise oblige ses 130 salariés à rester au travail sans aucune mesure de protection », expose un porte-parole de la Fédération CGT Commerce et Services qui s’empare du sujet.

 

Le soutien du CSE n’y change rien,les intéressés sont sommés de reprendre leur poste sous peine de représailles. La CGT invoque le non-respect des consignes sanitaires préconisées par le gouvernement et la mise en danger des salariés. Elle affirme vouloir « tout mettre en oeuvre pour faire condamner la société ». Ce genre de conflit n’est pas isolé.