Économie sociale et protection sociale : des postes à pouvoir, mais candidats et ressources font défaut

Le secteur a d’importants besoins de recrutement. Mais bon nombre de postes resteront vacants, faute de candidats ou de moyens financiers. Le baromètre d’Uniformation, l’opca de la branche, fait le point.

Le baromètre Emploi Formation 2016 d’Uniformation identifie les grandes tendances matière de recrutement dans les branches économie sociale, protection sociale et habitat social qui représente  49 300 entreprises adhérentes et un million de salariés. L’étude prospective distingue les métiers prioritaires, ceux censés bénéficier des volumes d’embauche les plus importants d’ici à la fin de l’année. Parmi eux figurent : les ateliers et chantiers d’insertion (ACI), l’animation, les régies de quartier et le tourisme social et familial (TSF) sont crédités de taux de recrutement va 33 % à 45 %. Dans le top se trouvent les animateurs (socio-culturel, sportif, périscolaire, animateur technicien, professeur) promis à une hausse de 24 % ; le personnel administratif (agent administratif et cadre administratif gestion et comptabilité) + 10,9 % et       l’éducateur sportif (+ 8 %)

 

Néanmoins, bon nombre de postes considérés comme prioritaires ne pourront être pourvus : gardiens d’immeubles, intervenants à domicile, personnel encadrant de direction — surtout les managers de proximité ainsi que les aides-soignants. Cette carence s’explique par plusieurs facteurs, dont le manque de candidats (pour 38 % des structures), les conditions d’emploi peu attractives (horaires, rémunération, temps partiel — pour 22 % d’entre elles), et surtout le manque de moyens financiers (53 %).

.