Egalité professionnelle  dans la fonction publique : encore un effort

Pour la première fois en 2020, l’administration a atteint l’objectif de 40% de femmes nommées à un poste d’encadrement.  

Le dispositif dit des « nominations équilibrées » institué en  2012 oblige les employeurs publics à respecter une proportion minimale de 40 % personnes de chaque sexe pour les personnes accédant pour la première fois à un poste d’encadrement dans les trois versants du service public (état, collectivités locales, établissements hospitaliers). Concernant l’Etat, en 2020, le seuil plancher a été dépassé, avec 42 % de femmes accédant au cercle des dirigeants. C’est la première fois que l’objectif légal du dispositif fixé est atteint. Ce taux est en augmentation de 9 points depuis 2016. La ministre de tutelle, Amélie de Montchalin (photo) peut avoir le sourire.

 

Jusque-là, les ministères écopaient d’une amende. En 2020, la part des femmes qui occupent un emploi supérieur augmente dans quasiment tous les ministères. Elle a augmenté de 2 points entre 2019 et 2020 pour atteindre 33 %. Quatre ministères sont soumis au versement d’une contribution financière en raison du non-respect du seuil minimal de primo-nominations, contre 6 en 2019.