Élection présidentielle : les DRH expriment leurs attentes

L’Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH) a présenté le 22 février les résultats d’un sondage réalisé auprès de ses adhérents, relatif aux échéances électorales. Les DRH attendent des politiques, simplification, baisse du coût du travail, encouragement à l’épargne salariale et au dialogue social.

 

Pour la profession, les grands enjeux qui doivent animer le débat public et que les candidats doivent prendre en compte dans leurs programmes sont : l’emploi, préoccupation prioritaire pour 70% des répondants ; la compétitivité des entreprises et le coût du travail ; la transformation numérique, le développement des nouvelles formes de travail et d’organisations, l’adaptation des organisations existantes et des compétences.  Ils citent également parmi les priorités la prise en compte des évolutions démographiques et sociales et de la responsabilité des entreprises, notamment dans les domaines de l’insertion professionnelle des jeunes et l’emploi des séniors.

 

Une majorité de DRH tiennent à la conciliation des performances sociale et économique des organisations. Autre point saillant de l’étude : l’encouragement à l’épargne salariale par la mise en place d’incitations financières à l’abondement des plans d’épargne par l’employeur et par une diminution voire une suppression du forfait social. Le contrat de travail devra aussi évoluer, « pour introduire plus de souplesse sans remettre en cause la distinction entre CDI et CDD. La simplification ou l’assouplissement des contrats ne signifie évidemment pas la précarisation des salariés ».

 

Les DRH encouragent les mesures visant à « fluidifier » le fonctionnement de l’entreprise et la relation employeur – employé tout en rappelant que l’engagement des collaborateurs reste le premier facteur de performance d’une entreprise. Ils renouvellent leurs attentes en matière de simplicité des dispositifs réglementaires, insistant sur « la nécessité de limiter la production normative », tout en favorisant le dialogue social au niveau de l’entreprise.