Emploi et logement : il est temps de dépoussiérer les politiques publiques, presse la Cour des comptes

 Un référé de la Cour des comptes, rendu public ce 2 avril, invite les pouvoirs publics à actualiser zen profondeur la politique de logement, en lien avec celle de l’emploi. Les dispositifs actuels datent de plusieurs décennies. « Une époque de relatif plein emploi », où le facteur logement n’était pas identifié comme un levier pour stimuler la mobilité.

 

La donne a changé, la politique de logement est maintenant «  déterminante pour l’emploi : les difficultés de logement liées aux contraintes du marché du travail pourraient être en partie corrigées si les besoins des actifs ou des candidats à l’emploi étaient mieux pris en compte ».

 

L’institution de la rue Cambon formule six recommandations dont la première vise à mieux connaître, localement le lien pouvant exister entre difficultés de recrutement et problèmes de logement des candidats potentiels. Une autre préconisation porte sur le renforcement de l’aide au logement.  La Cour des comptes prône en troisième lieu la densification de « l’offre abordable de logements dans les agglomérations confrontées à la pénurie de main-d’œuvre et de compétences (maîtrise des loyers, mobilisation des logements vacants, etc.). Les magistrats proposent aussi de faire preuve de créativité en matière de mise à disposition de logement en milieu urbain, de miser sur la coopération intercommunale et de travailler sur les facteurs pouvant favoriser « les rapprochements entre domicile et lieu de travail ».