Emploi : le gaming, ce n’est pas que du jeu

Les jeux vidéo créent des emplois. En France, septième producteur mondial, un peu plus de 200 offres d’embauche sont publiées tous les mois. Le méta moteur Joblift en a recensé 5200 au cours des 24 derniers mois.  Dans ce secteur, paradis des autodidactes, le diplôme est rarement exigé. D’ailleurs, il n’en existe pas vraiment de spécifique. 41 % des annonces ne mentionnent pas non plus de formation pour les postes de commerciaux,34 % pour les chargés de marketing et communication, et 28 % pour les chefs de produit. En revanche, seuls les passionnés et les créatifs peuvent se frayer un chemin.

 

La majorité des embauches ne concernent pas les développeurs comme on peut le croire. 60 % des jobs sont en lien avec le commercial, le marketing et la communication.  Maîtriser la langue anglaise est un pré requis. D’ailleurs, bon nombre d’annonces sont rédigées dans cette langue.

 

Joblift observa par ailleurs que tous les postes ne sont pas à pouvoir chez des éditeurs de jeux. 12 % des emplois ont trait à l’application des techniques ludiques à d’autres domaines (formation, simulation, événementiel, etc.).

 

Il n’y a pas de pénurie de candidats, mais le marché est relativement tenu. Le méta moteur note que la durée moyenne de diffusion des offres du secteur est de 29 jours, contre 19 pour l’ensemble des activités.