Emploi : léger mieux dans l’intérim, mais la baisse persiste constate, Prism’emploi

En septembre, la chute d’activité s’est atténuée par rapport à celle constatée le mois précédent, constate la profession. Néanmoins, la nouvelle baisse s’ajoutant aux précédentes, ce sont 125 000 emplois en équivalent temps plein qui ont été détruits sur un an.

C’est le 22e mois consécutif de baisse de l’activité intérimaire. Elle est caractérisée par de très fortes disparités sectorielles. Dans le BTP, elle s’est amplifiée de près de 5 points (-18,1 % contre -13,5 % un mois plus tôt). C’est un brutal coup d’arrêt à l’amorce de redressement qui a suivi l’après-confinement. Le redressement s’est également interrompu dans le commerce (-9 %) et les services (-24,7 %).

Ce n’est pas mieux dans les services. Pour le 4e mois consécutif, c’est la famille professionnelle où l’intérim est le plus affecté par la crise sanitaire (près de 9 points au-dessous de la tendance moyenne). Les métiers les plus affectés sont ceux de l’hôtellerie-restauration et du tourisme. Pour les postes intérimaires liés à la finance, à l’assurance et à la comptabilité, la généralisation du télétravail da un effet indésirable, ce n’est pas propice au recours à l’intérim.

L’intérim industriel (-20,7 %), reste très fortement impacté par les difficultés des filières aéronautique, automobile et textile, mais connait une dégradation un peu moins forte qu’en août (-24,2 %), souligne par ailleurs Prism’emploi.

A rebours des autres secteurs, les transports-logistique enregistrent un rebond (+7,7 %), grâce au développement des activités entreposage et tri postal, porté par l’essor du commerce électronique.

Dans ce contexte, les emplois les plus qualifiés : cadres et professions intermédiaires avec -22,6 % et ouvriers qualifiés avec -17,6 % connaissent une baisse plus marquée que les employés (-12,6 %) et les ouvriers non qualifiés (-13,9 %).

Le nombre de CDI Intérimaires signés depuis le lancement de ce contrat atteint désormais 96 640, soit près de 25 000 de plus sur un an. En tenant compte de ce type d’activité, la diminution de l’emploi intérimaire dans son ensemble représenterait -13,6 %.