Emploi : plus de 6000 CDI intérimaires signés en deux ans

Prism’emploi qui fédère les entreprises de travail temporaire, publie ce17 mars le premier bialn du CDI intérimaire, entré en vigueur le 6 mars 2014. La profession vise le cap de 20 000 contrats d’ici à 2017.

 

Près de 6000 CDI intérimaires ont été signés au 1er février 2016, dont 5100 en 2015, période concernée par l’enquête. En plein essor – avec désormais plus de 800 nouveaux contrats signés chaque mois, le CDI intérimaire trouve son public : un public jeune et peu qualifié, en besoin de sécurisation et d’accompagnement professionnel.

 

Le dispositif concerne en premier lieu des jeunes de moins de 25 ans qui occupent majoritairement des postes non qualifiés. 33,9 % des signataires ont moins de 25 ans, une part plus élevée que chez les intérimaires. Plus de la moitié de ces juniors (51,1 %) sont sont employés sur des postes d’ouvriers non qualifiés. « Il participe donc à la mise à l’emploi et au développement de l’employabilité d’un public exposé au risque chômage », insiste Prism’emploi.

 

Par ailleurs, l’étude montre que l’industrie est la première utilisatrice. Elle représente 44 % des délégations de salariés, devant les transports (37 %). Sachant que les PME locales sont en première ligne et que la durée moyenne des missions est de 31 jours. Le temps mort entre deux contrats se limite à trois jours et les deux tiers des salariés ne sont même pas concernés.

L’évolution du nombre de signatures révèle une montée en puissance progressive du
dispositif, accentuée entre septembre et décembre 2015 par la suppression du délai de carence depuis la loi Rebsamen. Le rythme de développement actuel qui tourne autour de 800 contrats par mois semble ainsi compatible avec l’objectif de 20 000 contrats en 2017 fixé par la profession.