Emploi : près de 8 millions de départs en retraite d’ici 2020

Les régions les plus concernées par ce phénomène devraient être celles où les seniors occupant un emploi sont nombreux (Limousin, Auvergne), au contraire des régions ayant une population en emploi plus jeune (Alsace, Nord-Pas-de-Calais, Loire). L’Île-de-France devrait être la moins affectée, car les seniors sont sous-représentés dans la population francilienne en emploi, et parce qu’ils y exercent des métiers généralement peu concernés par les départs précoces.

 

S’agissant des secteurs d’activité, les plus touchés devraient être les services aux personnes et collectivités (employés de maison, aides à domicile, assistantes maternelles), avec plus d’un million de départs prévus. Viendraient ensuite la gestion et l’administration des entreprises (cadres, techniciens et employés des services administratifs, comptables et financiers, secrétaires) avec environ 800 000 départs, et le domaine « santé, action sociale, culturelle et sportive » avec 700 000 départs.

A l’inverse, figurent parmi les métiers les moins concernés, les coiffeurs, esthéticiens, caissiers, vendeurs, cuisiniers, bouchers, charcutiers et boulangers, ainsi que les professionnels de l’informatique (aussi bien ingénieurs que techniciens, employés ou opérateurs) et les métiers de l’hôtellerie et de la restauration (employés et agents de maîtrise).

 

Ces départs massifs constituent un enjeu à la fois pour l’équilibre financier du système de retraite et pour le renouvellement de la main-d’œuvre dans les régions et les métiers les plus concernés. L’Insee précise toutefois qu’il est difficile d’en déduire le nombre de postes à pourvoir, car l’emploi dépend aussi d’autres facteurs, comme l’évolution de l’activité économique, de la productivité et les transformations des métiers.