Emploi : reprise plus vigoureuse que prévu dans le bâtiment, incertitude sur le compte de pénibilité

La reprise amorcée mi-2016 se confirme dans le bâtiment, confirme la Fédération française du bâtiment (FFB) qui présente ce 27 juin sa note conjoncture. Et cela profite à l’emploi.

La profession tablait sur une hausse des effectifs d’environ 10 000 postes équivalents temps plein, intérim inclus, en 2017. La conjoncture s’avère nettement plus favorable. Le premier trimestre le se solde déjà par une forte progression : + 16 300 emplois par rapport à la même période de 2016, dont 14 400 jobs d’intérimaires en équivalent-emplois à temps plein, et 1 900 postes permanents.

 

Toutefois, relativise l’organisation présidée par Jacques Chanut (photo), cette inflexion reste limitée si l’on tient compte des quelque 180 000 postes détruits depuis 2008.La FFB souligne que « la tendance pourrait être plus dynamique encore côté emplois permanents si l’incertitude sociale était levée dans les prochains mois ». Allusion au compte pénibilité que Jacques Chanut qualifie de « grand sujet d’inquiétude des artisans et entrepreneurs du bâtiment, tant du fait de sa complexité que de son coût, que seules les entreprises françaises supporteraient ».

 

Pour l’organisation professionnelle, l’annonce récente du Premier ministre de geler la mesure jusqu’à la fin de l’année « est en partie rassurante et doit dès à présent être traduite dans les textes et les faits. Ce temps doit être mis à profit pour simplifier un dispositif qui reste vraiment trop compliqué ». Pour autant la FFB fait valoir que travailler à réduire la pénibilité des tâches, améliorer les conditions de travail est dans une préoccupation « réelle, permanente et effective » de la branche , portée par les efforts constants des entreprises et de leurs salariés dans le domaine de la prévention.