Emplois précaires : feu sur McDonald’s au Parlement européen

Le 29 novembre, des représentants des syndicats belge (ABVV Horval), britannique (BFAWU), et français (CGT) seront entendus au Parlement européen par la commission des Pétitions. Ils viendront exposer devant les députés européens les conditions de travail imposées par McDonald’s à ses employés.

Le prétexte de l’audition est la remise de trois pétitions uniformément intitulées « Dites-le à McDonald’s ». Elles soulignent  la précarité au sein du réseau de restauration rapide. Au Royaume-Uni, cela passe par des contrats zero-hour (CDI payé à la vacation, mais sans aucun minimum ds’heure de travail garanti). En Belgique, l’enseigne recourt aux flexi-jobs, qui sont des emplois d’appoint occupés par des salariés à bas revenu, ou des intérimaires, contraints au cumul d’emplois. Il est aussi reproché à l’entreprise d’origine américaine de se prémunir contre la présence des syndicats dans ses établissements, de pratiquer du dumping social.  McDonald’s est aussi le champion de pratiques d’optimisation fiscale très critiquées et qui font l’objet d’enquêtes en France, en Espagne et en Italie.

 

La Commission européenne enquête depuis décembre 2015 sur des rescrits fiscaux conclus au Luxembourg qui auraient permis à l’entreprise d’éviter l’impôt sur une importante partie de ses bénéfices, aux dépens des différents États européens où ses franchises sont présentes.

 

La démarche des syndicats européens est soutenue par les députés socialistes au Parlement de Strasbourg.