En entreprise, la mobilité durable n’est pas pour demain

Le Club de la mobilité durable publie les résultats de son Baromètre de la mobilité durable en entreprise, le deuxième après celui réalisé en 2013. Il constate la progression du nombre de     salariés amenés à se déplacer pour des raisons professionnelles. Mais les moyens mis en œuvre restent traditionnels.  

En matière de consommation énergétique, les mentalités changent, ne les pratique pas encore. Dans un contexte de mobilité croissante de leurs collaborateurs, près de quatre dirigeants sur cinq    reconnaissent que la mobilité durable devient un enjeu majeur. Cet avis est partagé par 80 % des salariés interrogés dans le cadre de cette étude. 

 

Pour autant, les moyens mis en œuvre par les entreprises restent traditionnels. Elles cherchent d’abord à limiter les déplacements des salariés, au lieu de les faciliter.  « Il revient aux pouvoirs publics et aux acteurs du transport public de se mobiliser pour offrir des solutions nouvelles», souligne le Baromètre. Plus d’un dirigeant sur trois dit attendre un tel soutien.    

 

Les employeurs plébiscitent l’idée d’un Pass mobilité universel et celle d’un partage d’informations entre usagers. Ils approuvent notamment mutualisation des données issues des équipements collectifs tels qu’Autolib’, dans le but d’optimiser les parcours, voire créer de nouveaux services. Autre piste: créer des hubs de circulation. Ils prendraient la forme de parkings relais gratuits sur les grands axes. «L’incitation fiscale pourrait faciliter la mise en œuvre de ces idées », dit en substance Bruno Leray, DG d’Athlon et porte-parole du Club de la mobilité durable.