En guerre contre la loi Macron, la CGT prépare une rentrée sociale chaude

La confédération de Montreuil minimise la censure partielle de la loi Macron. « Le conseil constitutionnel a comme on s’y attendait, coulé dans le marbre l’essentiel du projet de loi en retoquant à la marge son contenu, soit 18 articles sur 300 », constate-t-elle.

 

« Pour l’essentiel, poursuit le communiqué de la CGT, la loi dans sa logique et son objectif de démantèlement du droit du travail, reste inchangée. Elle obéit à une logique libérale désormais assumée et défendue par le gouvernement en matière économique et sociale. ».

 

Pour l’organisation dirigée par Philippe Martinez, ce texte « s’attaque aux institutions représentatives du personnel et au mouvement syndical ». Elle n’entend pas rester les bras croisés et prépare une première « riposte » pour le 23 septembre, sous la forme d’une « initiative nationale pour exiger le respect des libertés d’expressions et d’actions syndicales ». Elle sera suivie d’une « journée de mobilisation interprofessionnelle », le 8 octobre.