Enquête : sept Français sur dix touchés par la crise, la famille rempart ultime

Une étude menée par TNS Sofres  pour la mutuelle d’épargne Carac s’intéresse spécifiquement à l’entraide financière. Elle a été menée fin février auprès d’un échantillon national de 1000 personnes âgées de 18 à 75 ans ayant au moins un enfant, frère, sœur, parent ou grand-parent au sein de son cercle familial. On y apprend que 71 % des Français estiment avoir été touchés par la crise (49 % à titre personnel, 39 % via leur entourage). Frappés personnellement ou de près, 81 % disent avoir peur de l’avenir : problèmes financiers, santé, etc.

 

Dans ce contexte morose, la famille est plus que jamais considérée comme un refuge, un pilier sur lequel se reposer en cas de difficultés.63% des personnes interrogées pensent que le soutien financier est le rôle de la famille. Trois sondés sur quatre déclarent avoir déjà aidé financièrement un membre de leurs familles (78 %) et près de la moitié (48 %) assure « aider souvent ou de temps en temps ». L’aide financière est d’abord descendante et directement adressée aux enfants. 88 % des Français déclarent les aider en priorité et 22 % le font tous les mois ou presque. Fait notable à l’heure où les familles recomposées sont de plus en plus nombreuses (9,3 % des familles selon l’INSEE), 62 % des personnes qui ont des beaux-enfants les aident et 13 % tous les mois ou presque…

 

En un an, les Français qui déclarent aider financièrement leur famille ont distribué en moyenne environ 1 500 € sur l’année. Ceux qui gagnent moins de 1 500 € par mois ont déclaré donner 930 € à un ou plusieurs membres de leur famille, ceux qui ont un revenu entre 1 500 € et 3 000 € mensuels distribuent 1 280 €. Lorsqu’ils perçoivent un salaire supérieur à 3 000 € par mois, les prospects poussent la solidarité 2 330 € sur l’année.

 

L’enquête révèle aussi que la perte d’autonomie est un sujet prégnant, mais tabou. 65 % des Français n’ont jamais parlé à leur famille du risque de perte d’autonomie. C’est pourtant une de leurs principales craintes, en ce qui concerne leurs proches : 64 % des personnes questionnées craignent que leurs parents ou grands-parents ne deviennent dépendants. Seuls 22 % des Français ont commencé à préparer financièrement leur perte d’autonomie (33 % des 65-75 ans). Quant à celle de leurs parents, ils sont 13 % à déclarer l’avoir anticipé.