Entreprise & Personnel s’interroge sur les atouts et les freins à la mobilité

Entreprise & Personnel tiendra son université d’hiver le 16 janvier à Paris, sur le thème de la mobilité. Les DRH, experts, chercheurs syndicalistes et hauts fonctionnaires viendront y chercher réponses à leurs interrogations.

 

« L’immobilité voilà l’ennemi. S’il fallait écouter le discours managérial mondial, nous serions entrés dans une ère de mouvement et changement permanent » s’amusent les organisateurs eux-mêmes, conscients que dans un monde incertain, il est moins facile pour le salarié de lâcher la proie pour l’ombre. Alors que l’entreprise, corps vivant a besoin de mouvement. « Entre la flexibilité rêvée du salarié idéal et les mobilités obtenues, il y a loin de la coupe aux lèvres », reconnaît le club de DRH. Les embûches auxquelles sont confronté les JCDPA (jeunes cadres dynamiques plein d’avenir)  sont nombreuses : ancrage géographique, vie sociale locale, spécificités liées au métier exercé, particularité de l’entreprise, entre autres.

 

Comment obtenir davantage de mobilité des salariés ? Ce sera l’une des questions discutées au cours de ce brainstorming auquel participent des personnalités européennes et nord américaines. Parmi les autres interrogations figurent celles portant sur la flexibilité des organisations et la bonne orchestration des mobilités. Bouger, c’est faire des choix en alliant mouvement géographique, changement de métier et zapping d’une entreprise à l’autre.

 

La dimension économique n’est pas absente. Qu’il s’agisse du coût de l’accompagnement pour l’entreprise ou des éventuels sacrifices (financiers et statutaires) pour le collaborateur. Le sujet relève aussi, dans certains cas, de la négociation collective, en particulier dans le cadre des grands groupes disposant de multiples filiales. Au cours des deux tables rondes et des trois ateliers prévus, des acteurs de différents horizons feront part de leurs expériences. Parmi eux des DRH comme ceux du groupe Vinvci Franck Mougin, de Faurecia North America, Pierre Beyer. Cecile Lemercier (Compagnie des Alpes) ou encore Natalia Smirnova (Schlumberger UK) interviendront également aux côté de chercheurs de l’EM Lyon, de Paris 1, de l’Université de Genève, etc. La voix syndicale devrait être portée à la tribune par Philippe Couteux, secrétaire confédéral de la CFDT.