Épargne salariale : dopés par la loi Macron, les versements nets ont doublé sur un an.

Les versements nets sur les dispositifs d’épargne salariale ont doublé en un an, 3 Mds€ un an et atteignent 3 Mds€, indique un bilan de l’Association française de gestion (AFG). Les salariés ont davantage épargné leur intéressement et ils ont moins puisé dans leur épargne salariale disponible.

Le doublement des versements nets s’explique par la hausse des souscriptions, mais aussi par la   baisse des rachats. Les versements bruts, en hausse de 12% sur la période,  se sont élevés à 9,8 Mds€.  Ils se répartissent entre l’intéressement, à hauteur de 3,9 Mds€, la participation (3Mds€) et les versements volontaires qui ont totalisé 1,3 Md€. Dans l’autre sens, les épargnants ont puisé 6,7 Mds€ de leur bas de laine, soit une baisse de 8%.

 

« Même s’il est encore un peu tôt pour le confirmer, ces bons chiffres résultent en partie des effets de la loi Macron de 2015 sur l’intéressement dont la partie épargnée progresse de 30%. Ils confirment aussi la popularité de l’épargne salariale dont plus de 55% des salariés bénéficient chaque année, grâce à leur entreprise », commente l’AFG.

 

L’association note par ailleurs que, les versements bruts sur le perco se sont élevés à 1,3 Md € (dont 32% d’abondement des entreprises. Un niveau stable par rapport à l’année précédente.  Sur la même période, les rachats s’élevant à 373 millions d’euros, le solde net de souscription atteint près de 1 milliard d’euros. Les perco contribuent ainsi pour près du tiers à la collecte nette de l’épargne salariale.

 

L’épargne d’entreprise permet à plus de 10 millions de salariés de financer les différentes étapes de leur vie, en particulier l’acquisition de leur logement et la constitution d’un complément de retraite, rappelle l’AF qui conclut : « les premières retombées de la loi Macron sont très positives même si elles demandent à être confirmées par les chiffres à fin 2016 »