Étude Prism’emploi OpinionWay : bousculés par la crise, les jeunes modifient leurs projets professionnels

La dernière édition du baromètre annuel Prism’Emploi sur « Les jeunes et l’emploi », réalisé par OpinionWay, indique qu’un jeune sur deux est amené à revoir son projet professionnel en raison de la crise sanitaire.

Le baromètre révèle un impact significatif de la crise sanitaire sur les ambitions professionnelles des jeunes : plus d’un jeune sur deux s’est vu contraint de revoir son projet professionnel à la suite de la crise sanitaire. 31 % des personnes interrogées déclarent s’être tournées vers d’autres formes de contrat que le CDI, avoir pris en considération un secteur d’activité différent (22 % affirment avoir changé de secteur), ou modifié le choix de l’entreprise cible (16 %). Près d’un jeune sur cinq (18 %) déclare également avoir décidé d’effectuer un stage supplémentaire avant d’intégrer le marché de l’emploi et 13 % des étudiants âgés de 18 à 21 ans envisagent de prolonger leurs études.Plus radicalement, près d’un jeune sur six a carrément changé de métier.

 

La première vague de l’épidémie a également eu des effets importants sur les revenus : 58 % des jeunes ont été affectés sur ce plan. Dans un cas sur trois, il a fallu baisser son niveau de vie, sinon solliciter l’aide familiale ou demander à bénéficier d’un dispositif public.Autre constat : la protection sociale prend une place inhabituelle dans les choix. «  Le nombre de jeunes qui déclarent accorder une place déterminante à la protection sociale dans le choix d’un emploi progresse de 10 points par rapport à janvier pour s’établir à 72 % », peut-on lire dans les résultats d’OpinionWay.

 

Dans ce contexte, l’intérim est perçu très positivement par les jeunes : 77 % d’entre eux considèrent cette voie comme un bon moyen de construire leur parcours professionnel, une augmentation de 5 points de pourcentage par rapport à janvier 2020. De même, à la question « Quelle image avez-vous du statut d’intérimaire ? », 72 % des jeunes affirment en avoir une image positive, voire très positive pour 23 % d’entre eux – un chiffre en augmentation de 8 points par rapport à janvier 2020. Cette tendance s’accompagne d’une expérience plus généralisée de l’intérim parmi les jeunes : quatre d’entre eux sur dix affirment avoir déjà travaillé temporairement.

 

« Si nous nous réjouissons de la connaissance accrue des atouts de l’intérim par et pour les jeunes, nous n’en demeurons pas moins préoccupés par leurs constats quant aux impacts de la crise sanitaire sur leur avenir », a réagi Gilles Lafon, président de Prism’emploi (photo)