Europe : plaidoyer pour 24 millions de travailleurs à bas salaire

La Confédération européenne des syndicats (CES) estime à plus de 24 millions – dont plus de 2,2 millions en France- le nombre de travailleurs ayant un bas salaire dont la rémunération augmenterait substantiellement si les propositions syndicales relatives concernant le projet de directive européenne sur des salaires minimaux adéquats étaient retenues.

 

La CES plaide pour un « seuil de décence » garantissant un salaire minimum au moins égal à 60 % du salaire médian et à 50 % du salaire moyen de l’État membre concerné. La confédération tente, avec plusieurs eurodéputés, de rendre obligatoire ce niveau plancher de salaire avant que la directive soit soumise au Parlement européen. Une étude de la Commission a déterminé qu’établir ce « seuil de décence » entraînerait une augmentation salariale pour un quart de la main-d’œuvre voire plus dans six pays de l’UE.

 

La secrétaire générale adjointe de la CES, Esther Lynch (photo) , souligne qu’un salaire minimum « qui ne protège pas les travailleurs de la pauvreté va à l’encontre du principe même de salaire minimum. La Commission européenne a reconnu la situation épouvantable à laquelle des millions de travailleurs à bas salaire sont confrontés. Mais, tel qu’il se présente aujourd’hui, son projet de directive ne se traduirait pas par de réelles augmentations salariales. »