Évolution du compte personnel d’activité : les partenaires sociaux auront deux séances de concertation d’ici mai

La ministre du Travail, Myriam El Khomri, et Clotilde Valter, secrétaire d’État chargée de la Formation professionnelle ont lancé ce 9 février la concertation sur les futures étapes du compte personnel d’activité (CPA). La démarche était prévue par l’article 42 de la loi Travail.

 

Les syndicats CGT, CFDT, FO, CFE-CGC et CFTC), ainsi que les organisations patronales MEDEF, CPME, U2P participaient à la réunion. Laquelle a pour objet de « réfléchir aux nouveaux droits pouvant être intégrés au compte personnel d’activité ». Au cours de ce premier tour d’horizon, plusieurs pistes ont été évoquées. Elles seront approfondies au cours de e deux séances de travail ‘ici à la fin du quinquennat.

 

La première sera consacrée au renforcement du CPA comme instrument de sécurisation des parcours professionnels. Elle implique notamment de plancher sur les « freins périphériques à l’emploi », tels que le logement, la mobilité et la garde d’enfants. Pour Myriam El Khomri, « cette réflexion doit être conduite avec une double exigence. Celle de la justice sociale, car il ne faudrait pas que les nouveaux droits bénéficient surtout à ceux qui sont déjà les mieux dotés et aggravent les inégalités ; et celle de l’efficacité. ». La seconde séance traitera du CPA en tant qu’instrument du temps choisi tout au long de la vie. Il sera notamment question des leviers à actionner des et moyens à mobiliser.

 

Moins d’un mois après le lancement officiel du CPA, 130 000 comptes ont été ouverts. Le dispositif vise à regrouper le compte personnel de formation (CPF), le compte pénibilité et le compte engagement citoyen, dans le but de rattacher les droits sociaux à la personne indépendamment de son statut.