Expression syndicale : un nouveau front pour la CGT au ministère de la Justice

Pas de répit pour la CGT qui ferraille de tous côtés contre les sanctions ou menaces de représailles à l’encontre de ses adhérents. Le dernier front en date a pour cadre le ministère de la justice. Une fonctionnaire, travailleuse sociale en poste au ministère de la Justice du et élue CGT, est convoquée en commission de discipline le 13 décembre prochain. Elle risque jusqu’à la révocation pour un article qu’elle a signé en avril dernier dans le quotidien l’Humanité.

 

Expression syndicale, considère la cégétiste qui s’attaquait à ce qu’elle considère comme un détournement des missions de travailleurs sociaux à des fins de renseignement dans le cadre de la lutte contre la radicalisation. Manquement notoire au devoir de réserve, estime l’administration, prête à sanctionner.

 

Pour la confédération de Montreuil qui la soutient, « le ministre de la Justice ne doit pas entériner une remise en cause de la liberté d’expression et de l’action syndicales ». Une délégation qui mène en coulisses des tractations avec le cabinet de Jean-Jacques Urvoas a été reçue le 16 novembre.