Faute d’attractivité, les équipementiers agricoles peinent à recruter

L’opération séduction de la filière agroéquipement est lancée. Ce secteur représente plus de 170 000 emplois, en incluant la fabrication et la distribution. Et elle recrute. Parmi les 3600 entreprises concernées, 66 % des industriels ont l’intention de recruter, tout comme 26 % des distributeurs. Sans parler des structures utilisatrices. Problème, cette activité, mal connue, n’attire pas, malgré des rémunérations avantageuses et des offres de formation en alternance pour des métiers pourtant variés.

 

Pour changer la donne, l’Aprodema, association pour la promotion des métiers et des formations en agroéquipement, qui regroupe les constructeurs, les importateurs, les utilisateurs de machines pour l’agriculture, la forêt et les espaces verts, s’associe à l’Apecita, en quelque sorte l’Apec des secteurs agricole et agroalimentaire. Objectif : mieux valoriser les métiers. Du bureau d’études aux champs, la branche en propose quatre familles : ingénierie, commercial et technico-commercial, technique, formation. Les deux structures échangeront leurs offres et demandes d’emploi, d’apprentissage ou de stage. Sachant que l’Apecita a diffusé en 2016, un peu moins de 12 000 offres d’emploi.