Faute de croissance, les entreprises revoient à la baisse leurs budgets d’augmentation salariale pour 2016

Avec la revue à la baisse de la croissance française cette année, les entreprises projettent de revoir à la baisse leurs prévisions d’augmentation de salaire pour 2016.

 

Estimé en juillet 2015, tous secteurs confondus, à 2,5% par l’enquête « Salary Budget Planning Report» de Towers Watson, ce taux s’établit à 1,9% selon l’enquête flash menée ce mois-ci par le cabinet auprès de 98 grandes entreprises françaises ou étrangères  implantées dans l’Hexagone, et qui représentent plusieurs dizaine de milliers de salariés.

 

Entre juillet et octobre, les premiers arbitrages avec les directions financières et les directions générales ont eu lieu, en même temps que la publication des projections de croissance pour 2016. Résultat, les budgets d’augmentation, plus prudents, sont désormais cadrés à +1,9%. Le cabinet précise que ce ratio est global, et tient compte des promotions.

 

Trois secteurs se distinguent cependant : le high tech et la pharmacie avec un taux prévisionnel à 2,3% et les services qui restent au-dessus de la mêlée, à 2%. Les budgets prévisionnels des autres activités s’établissent à 1,8% pour l’assurance et l’industrie, et 1,7% pour la banque. « Cette révision à la baisse des budgets d’augmentation salariale s’explique par la situation macro-économique » souligne Jean-Vincent Ichard, responsable du département enquêtes de rémunération chez Towers Watson. « L’embellie annoncée de croissance a finalement été corrigée par la publication d’une stagnation de la croissance au deuxième trimestre. Les entreprises se sont donc ajustées. Contrairement aux prévisions, l’inflation ne redécolle pas en France en 2015 ce qui impacte directement les entreprises et leur stratégie de rémunération. Il faut toutefois noter qu’avec une inflation nulle, le pouvoir d’achat des salariés de ces entreprises continue de progresser.».