Fédération Syntec : Un nouvel accord pour renforcer l’égalité professionnelle

Dans la continuité de l’accord du 24 avril 2008, les partenaires sociaux des bureaux d’études et sociétés de conseil renforcent le dispositif favorisant l’égalité et la mixité au sein de la branche. A l’unanimité, les organisations patronales (Syntec, Cinov) et syndicales (CFDT, CGC, CGT, CFTC et FO) ont conclu un nouveau texte le 27 octobre.

 

Le nouvel accord renforce des mesures amorcées dans le précédent, qui date avril 2008. Ainsi, sous réserve de dispositions plus favorable applicables dans l’entreprise, la médiane des augmentations individuelles devient le critère de référence pour l’application du principe d’Egalité en matière de révision de salaire et de calcul des augmentations individuelles annuelles au retour de congé maternité ou d’adoption.

En outre, les droits de la salariée ayant déclaré sa grossesse en accordant une baisse d’heures de travail rémunérée sont accrus. Son temps de travail est réduit de 20 minutes par jour à partir du troisième mois de grossesse et de 30 minutes par jour, à compter du cinquième mois. Si l’intéressée est au forfait annuel en jours, » l’employeur veille à ce que l’amplitude n’excède pas une durée ne lui permettant pas de concilier sa vie professionnelle et sa vie personnelle, et formalise son engagement par écrit. Dans tous les cas, la charge de travail de la salariée est adaptée en conséquence, souligne l’accord. Par ailleurs, l’employeur doit procéder à un examen et apporter une réponse motivée aux demandes de télétravail, dans les entreprises disposant d’un accord collectif.

Un volet est consacré aux trajectoires et aux promotions. Sur ce point, « l’attention des entreprises est attirée sur les mesures susceptibles d’aider les salariées ayant bénéficié d’un congé maternité ou d’un congé parental dans leur évolution professionnelle ».
Autre avancée : le complément d’allocation du congé paternité est porté à hauteur de 100% du salaire de base, dès lors que le collaborateur justifie d’une ancienneté minimale de deux dans l’entreprise. Les entreprises sont incitées à faire progresser la mixité et l’égalité de traitement des salariés sur tous les postes et à tous les niveaux de responsabilité, et à prévenir et réduire le « plafond de verre » et le « mur de verre » au regard de la rémunération, de l’évolution professionnelle et de la gestion de la carrière.
« C’est un enjeu pour la compétitivité de la Branche que d’attirer les femmes au sein de nos entreprises et de parvenir à une mixité réelle de nos métiers » souligne Viviane Chaine-Ribeiro présidente de la Fédération Syntec, par ailleurs patronne de Talentia Software.

 

La Fédération Syntec regroupe les activités du numérique, de l’ingénierie, des études, du conseil ,de la formation professionnelle, et des métiers de l’événement. Soit au total, 910 000 salariés dans 80 000 entreprises.