FO veut maintenir la pression sur le gouvernement

Sans appeler directement à la grève, FO veut maintenir la pression sur le gouvernement. Les mesures sociales annoncées lui semblent insuffisantes et elle conteste les projets du gouvernement concernant la retraite et l’assurance chômage.

Pour la confédération conduit par Yves Veyrier (photo), les mesures annoncées par le gouvernement « ne répondent pas à la revendication d’une véritable revalorisation » du pouvoir d’achat. FO réclame un SMIC équivalant à 80 % du salaire médian, soit 1 450 € net, ainsi que le relèvement de la valeur du point d’indice dans la fonction publique.

 

Le syndicat demande aussi « la généralisation de la prime transport par le biais de l’engagement de négociations de branches ».  Bref, il est urgent de procéder à « une augmentation générale des salaires, pensions et retraites, minimas sociaux, tant dans le privé que dans le public ».

 

Concernant les réformes à venir (retraite et assurance chômage), la commission exécutive confédérale de FO , réunie le 13 décembre, défend le maintien des 42 régimes existants. Elle « refuse tout système universel par points », et se prononce « contre toute remise en cause des droits des demandeurs d’emploi ».

 

Toutefois, à la différence de la CGT, la confédération ne s’engage pas dans une action nationale, mais appelle ses adhérents à « agir dans les entreprises et au niveau des branches pour l’obtention d’augmentations générales de salaires »