Mixité dans la haute fonction publique : encore un effort

La DGAFP se flatte d’avoir dépassé le seuil minimum légal de 30 % dans l’encadrement supérieur de la fonction publique de l’État. En 2015, dernière année dont les statistiques ont été exhaustivement dépouillées, le ratio de promotions féminines dans cette catégorie était de 33,6 %, administration d’État, collectivités territoriales et établissements hospitaliers confondus. Au total, 1 829 agents ont été nommés à des postes à haute responsabilité en 2015. Parmi eux, 932 accèdent pour la première fois à ce niveau.

 

Le ratio de femmes atteint 33 % dans la fonction publique l’État. Il faudra franchir un nouveau cap cette année, puisque le quota, progressif, est porté à 40 % à partir de cette année, contre 20 % en 2013 et 2014 et 30 % en 2015 et 2016.

 

La fonction publique hospitalière a déjà anticipé :  il y a eu 40 % de femmes nouvellement nommées en 2015, malgré une forte baisse par rapport à 2014. Ce sera plus dur pour la Territoriale, au sein de laquelle les nouvelles nominations de femmes se limitent à 29,5 %, en baisse de 4,5 points par rapport à l’année précédente.

 

La DGAFP  se veut confiante. Elle travaille avec les employeurs publics pour constituer une culture de vivier.