Fondations et fonds de dotation d’entreprise : réussite économique et performance sociale se rejoignent

EY et Les entreprises pour la Cité publient les résultats de la seconde édition du Panorama des fondations et des fonds de dotation créés par des entreprises. Cette édition 2016 confirme la conjonction de la réussite économique et de la performance sociale.

 

Les fondations et fonds de dotation créés par les entreprises conçoivent des programmes d’engagements mêlant des opérations de solidarité traditionnelles (courses solidaires, collectes alimentaires…) à des actions centrées sur le développement ou transfert de compétences des salariés (missions de mécénat / bénévolat de compétences ou plus largement pro bono). Le mécénat semble apporter des réponses nouvelles à des enjeux de cohésion sociale et de gestion RH. Ces missions correspondent à de plus fortes exigences en termes d’impact au bénéfice de structures d’intérêt général.

 

Pour une majorité de ces structures, le mécénat contribue à l’expression de la responsabilité sociétale, à d’être en cohérence avec la stratégie de l’entreprise. Pour preuve, les Fondations sont désormais très proches du pouvoir stratégique. Elles privilégient les projets sources de performance à la fois pour l’entreprise et pour la société, en veillant à une affectation efficace de leurs moyens. Les Fondations et fonds de dotation ont ainsi vu croître leurs ressources. Le nombre de fondations ou de fonds de dotation ayant accès à des budgets annuels moyens supérieurs à 1 million d’euros a nettement progressé. Quatre fondations et fonds de dotation sur dix emploient 3 employés ou plus. Les premiers centres d’intérêt restent l’éducation, l’action sociale et l’insertion professionnelle. En outre, le critère de proximité par rapport à l’implantation de l’entreprise et de ses établissements est décisif dans la sélection de projets.

 

«Souvent opposées par le passé, performance économique et performance sociale deviennent sujettes à réflexion et à confrontation dans la recherche d’une meilleure performance de l’action déployée au service du bien commun. Dans leur maturité, les fondations et fonds de dotation expérimentent de nouvelles façons de faire et réinventent dans le creuset de l’action le rapport à l’intérêt général », explique Philippe-Henri Dutheil, avocat associé d’EY Société d’avocats, responsable national du secteur économie sociale et solidaire, par ailleurs membre du Haut conseil à la vie associative.