Ford condamne Blanquefort et ses 800 salariés, le ministre de l’Économie « écœuré »

Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire (Photo) n’a pas de mots assez durs pour qualifier l’attitude de Ford Motor Company. Le constructeur américain décide de ne pas donner de suite favorable à la vente du site de Ford Aquitaine Industries à l’acquéreur potentiel Punch Power Glide. S’exprimant ce 13 décembre au Sénat, il s’est dit « révolté et « écœuré »  par un choix qui ne se justifie que par la volonté de Ford de faire monter son cours de bourse. Je veux dénoncer la lâcheté de Ford à qui je demande de parler depuis trois jours et qui n’a même pas eu le courage d’appeler le ministre de l’Économie et des Finances ».

 

Le ministre insiste : « Je veux dénoncer le mensonge de Ford qui dit dans ce communiqué que l’offre de reprise de Punch n’est pas crédible alors que nous y travaillons depuis des mois, avec les salariés et avec Punch. C’est une offre industrielle crédible et solide qui garantit l’avenir du site industriel de Blanquefort ». 

 

Pour Bercy, ce n’est rien d’autre qu’une « trahison de Ford vis-à-vis des plus de 800 salariés du site de Blanquefort ». Il appelle « solennellement » Ford à réviser sa décision.