Formation : Dans les services automobiles, la formation se porte bien

ANFA, guichet unique de la branche des services de l’automobile, a collecté 176,4 M€ en 2013, un chiffre en léger retrait par rapport à l’année précédente (178,5M€), mais suffisant pour couvrir son budget et pour développer les actions de formation prévues. A commencer par l’axe prioritaire, soutenir les établissements de formation initiale.
Pour ce faire l’ANFA a engagé en 2013 une enveloppe de 44,5 M€, au profit d’ quelque 400 établissements. L’effort sera même accru cette année, l’organisme présidé par Pierre Rousseau ayant décidé de « poursuivre une politique structurée, intégrée et de long terme », en inscrivant 49 M€ au budget 2014 pour ce type d’actions. En revanche, les résultats sont à la baisse, en matière de professionnalisation. L’Organisme collecteur a financé 2 690 contrats jeunes et salariés (-15 % par rapport à 2012). Même si qualitativement, il peut être satisfait : plus des trois quarts des conventions ont duré plus de 500 heures et dans un cas sur quatre, la session s’est prolongé au-delà de 1 000 heures. La prégnance des CQP (52 %) et des diplômes d’état (36 %), constatée historiquement, est vérifiée, les must étant ceux de « technicien expert après-vente automobile » et de « vendeur automobile confirmé ». « Notre branche est encore exemplaire en la matière avec près de 6 % de jeunes en alternance.

Ceci la positionne bien au-delà des objectifs affichés pour le développement de l’alternance au plan national », se félicitent les dirigeants de l’organisme, tout en soulignant l’importance des partenariats engagés avec les régions et les collectivités territoriales, les actions de coopération avec les ministères de l’Education Nationale et de l’Emploi.