Formation : les TPE ont une vision très utilitaire des dispositifs

Une étude du Cereq conclut qu’un tiers des entreprises de 10 à 19 salariés concentre l’essentiel de son effort de financement sur des stages répondant aux exigences réglementaires.

Dans les petites entreprises, la part prépondérante, voire exclusive des formations obligatoires et réglementaires, laisse peu de place aux formations liées aux investissements stratégiques. « Ces formations sont également centrales dans certains secteurs d’activité comme les transports où 95% des entreprises dispensent des formations réglementaires, la moitié ne finançant que ce type de formation. C’est le cas aussi pour les entreprises des secteurs des industries extractives, de l’énergie, de l’eau, de la gestion de déchets et de la dépollution et de la construction », souligne l’étude du Cereq, réalisée par Jean-Marie Dubois, Isabelle Marion-Vernoux et Edmond Noack. Ces contraintes sont inconnues des sociétés de 500 personnes et plus. Celles-là continuent d’investir pour accompagner les changements organisationnels et technologiques, leur principal objectif en matière de gestion ds compétences.

 

Pour mettre en place leur politique de formation, les entreprises sollicitent les opca, partenaires privilégiés, mais aussi les organismes de formation et les consultants. Curieusement, notent les experts, les entreprises entre 250 et 499 salariés et celles qui disposent en interne de moyens humains pour nouer des relations dans le registre de la formation sont celles qui recourent le plus aux conseils des organismes collecteurs. À la différence des TPE soucieuses avant tout de trouver des financements. Quant aux consultants, ils sont privilégiés par les entreprises dans le cas de formations destinées à obtenir un label de qualité.