Formation professionnelle : le salarié reste le premier acteur

Le choix d’une formation n’est pas dicté par l’entreprise. Dans la majorité des cas, l’initiative émane du salarié lui-même. Surprenant constat d’une étude réalisée par l’Ifop à la demande d’Actalians, et publiée ce 20 octobre.

Contrairement aux idées reçues, la décision de se former émane directement du salarié et que le plan de formation est le fruit d’une co-construction entre le collaborateur et l’entreprise , apprend-on dans ce sondage mené par l’institut Ifop à la demande d’Actalians  auprès d’un échantillon de 1501 personnes ayant suivi une formation au cours des deux dernières années.

 

Ainsi, 51 % des salariés du secteur privé déclarent être à l’initiative de la dernière formation qu’ils ont suivie. En outre, les managers se montrent disponibles et à l’écoute de leurs collaborateurs : 75 % des personnes interrogées échangent avec leur supérieur hiérarchique (managers et employeurs) au moment de la définition de leurs besoins de formation, et 78 % des salariés déclarent que leurs demandes sont prises en compte au sein de leur structure. 76 % des collaborateurs des entreprises de plus de 1 000 salariés disent avoir la possibilité de solliciter leur service RH pour échanger sur un projet personnel. En revanche, seulement 49 % des salariés des structures de moins de 50 salariés déclarent pouvoir s’adresser à leur supérieur hiérarchique sur ce sujet

 

L’étude souligne également que les salariés sont partie prenante dans l’évaluation de leur formation, puisque 76 % d’entre eux ont été consultés sur la qualité de la dernière session dont ils ont bénéficié. « Aujourd’hui, le salarié est coproducteur de son parcours et l’entreprise, maître-d’œuvre de sa stratégie », commente Arnaud Muret, DG d’Actalians (photo). L’organisme collecteur (Opca) des professions libérales, des établissements de l’Hospitalisation privée et de l’Enseignement privé s’apprête d’ailleurs à lancer une offre qui s’adapte à cette donne, qualifiée de plan de formation 3.0. Conçu de manière itérative par l’entreprise, ce plan est agile et collaboratif. « Ce dispositif sera proposé fin 2018 aux 130 000 entreprises que nous accompagnons, quels que soient leur taille et leur profil »