Garantie jeunes : un premier bilan encourageant

Le comité scientifique, présidé par Jérôme Gautié, professeur d’économie à l’université Paris 1— Panthéon Sorbonne, et appuyé par la Dares, vient de rendre publics les premiers résultats de l’évaluation de la Garantie jeunes.

Le comité estime que la Garantie jeunes a bien bénéficié à des jeunes en grande précarité. Un bénéficiaire sur quatre déclare que la situation financière de ses parents était difficile ou très difficile lorsqu’il était au collège. Un sur trois dit ne pas avoir eu de contacts avec son père au cours des 12 derniers mois. La même proportion confie avoir déjà connu d’importantes difficultés de logement. Et un tiers du panel ne connaît personne qui pourrait le dépanner en cas de problème. Ces jeunes sont issus de familles plus modestes que l’ensemble des jeunes suivis par les missions locales. Ils ont quitté précocement le système scolaire, sont peu mobiles et peines à se loger.

 

L’évaluation confirme l’effet bénéfique du dispositif. L’enquête, réalisée quatre mois après leur sortie du dispositif, révèle un effet amplificateur pour accéder à l’emploi. La Garantie jeunes fait passer le taux d’emploi des récipiendaires de 30 à 40 %. Et ce ratio tient compte uniquement des embauches durables (CDI ou CDD de plus de 6 mois) dans le secteur concurrentiel.

 

 Ces indications concernent la première vague de 10 départements pilotes qui expérimentent la Garantie jeunes depuis fin 2013. L’évaluation se poursuivra tout le long de l’année 2016, précise le ministère du Travail.