Généralisation de la complémentaire santé : les entreprises font mieux que le minimum légal

Selon une étude Audirep réalisée à la demande de la Fédération française de l’assurance (FFA) et de la Mutualité française, la majorité des entreprises vont plus loin que le minimum légal en matière de couverture santé de leurs salariés

Un an après la mise en place de la généralisation de la complémentaire santé en entreprise, cette enquête menée du 19 janvier au 3 février auprès d’un échantillon total de 1 003 entreprises montre qu’elles ne se content pas de se conformer à la législation. Alors que la loi prévoit une prise en charge minimale de la mutuelle santé par l’employeur à hauteur 50 %, le taux est de 57 % pour les PME, les entreprises intermédiaires (ETI) et les grands groupes, contre 59 % pour les TPE. Plus de la moitié d’entre elles ont également choisi un niveau de garanties supérieur au niveau de garanties minimal ou à celui négocié par les branches.

 

En outre, les employeurs proposent majoritairement la possibilité de couvrir les ayants droit des salariés. Ainsi, 52 % des TPE et 67 % des PME-ETI-GE le font de manière facultative et 18 % des TPE et 21 % des PME, ETI et grandes entreprises le font automatiquement. Autre indication : 99 % des PME, ETI et grands groupes, ainsi que 95 % des TPE déclarent proposer une couverture santé à leurs collaborateurs – contre respectivement 85 % et 71 % en 2015.

 

Plus de la moitié des entreprises sont concernées par des accords de branche, et les recommandations sont plutôt suivies (66 % des TPE concernées, 55 % des PME, ETI et grosses structures).