Groupement d’employeurs, travail à temps partagé : Uniformation va explorer des pistes nouvelles

L’opca de l’économie sociale, de l’habitat social et de la protection sociale a obtenu une aide financière au Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP), dont l’un des axes, clairement identifié, est de « répondre aux enjeux de consolidation des emplois face aux mutations sectoriels et législatives ». Cela concerne en priorité la consolidation des temps partiels.

 

La démarche d’Uniformation  s’appuie sur les résultats de son baromètre Emploi Formation 2016. Il en ressort que certaines branches adhérentes ont d’importants besoins en recrutement. C’est le cas du tourisme social et familial qui  doit renouveler 45% de ses effectifs. C’est aussi le cas des ateliers et chantiers d’insertion (37% de renouvellement), des structures d’animation et des régies de quartier (33%).

 

« Cependant, de nombreux freins à l’embauche sont soulevés », constate le baromètre. A commencer par le manque de moyens financiers, invoqué par plus d’un recruteur sur deux. S’y ajoutent des conditions d’emploi jugées peu attractives, car bon nombre des emplois proposés sont à temps partiel.

 

Afin de surmonter ces difficultés, près de 45% des répondants sont prêts à recourir au partage de recrutements. Les petites structures sont les plus  ouvertes à cette solution – 51% – contre 39% pour celles comprenant entre 50 et 249 salariés. Partager un recrutement avec d’autres employeurs est économique et permet en outre, de proposer des postes à temps plein.

 

Néanmoins, toutes les branches ne sont pas favorables à ces solutions. Les structures de l’habitat social, notamment,  n’y voient pas un remède aux difficultés de recrutements.