Handicap : La ville de Lyon ne se contente pas de l’obligation légale

D’ici à 2019, la ville de Lyon et son centre communal d’action sociale (CCAS) vont bénéficier d’un financement du Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP), à hauteur d’un peu plus de 1M€. La manne servira notamment à maintenir le taux d’emploi légal des agents en situation de handicap au-dessus des 6 % ; à favoriser le maintien dans l’emploi des agents en restriction d’aptitude notamment via l’aménagement et l’adaptation de leurs postes de travail ; à faciliter le recrutement d’agents en contrat d’apprentissage ou en contrats aidés. Une partie des subsides servira à encourager le recours aux travailleurs évoluant dans le secteur adapté. En outre, la formation et la sensibilisation des agents en situation de handicap sera aidée, ainsi que des aides leur réorientation ou reconversion professionnelle. Une convention vient d’être signée dans ce sens par Marc Desjardins, directeur de l’établissement public FIPHFP , Gil Vauquelin, directeur régional de la Caisse des Dépôts Auvergne-Rhône-Alpes, Gérard Claisse, adjoint au maire de Lyon délégué aux ressources humaines et Zorah Ait-Maten, adjointe déléguée aux affaires sociales et aux solidarités.

C’est le deuxième texte de ce genre, le FIPHFP intervient auprès de la municipalité depuis 2013. Le taux d’emploi légal de la Ville dépasse le minimum légal. Il est de 7,41 % en 2016, contre 5,23 % il y a trois ans.