Hausse de tarif des mutuelles en 2021 : Aésio monte au créneau

« Les mutuelles ne peuvent pas être le bouc émissaire de l’augmentation des dépenses de santé », c’est en substance ce que dit Patrick Brothier, président d’Aésio mutuelle (photo), en réaction à l’enquête annuelle du magazine consumériste l’UFC Que Choisir.  « il est irresponsable de faire des mutuelles le bouc émissaire des conséquences de la hausse des dépenses de santé. Les mutuelles continueront, en responsabilité, à prendre toute leur part pour offrir le meilleur système de santé aux Françaises et aux Français. »

 

Si les mutuelles augmentent d’année en année leurs cotisations, ce n’est ni par volonté de maximiser les bénéfices ni par absence de maîtrise des frais de gestion, mais bien pour suivre l’évolution des dépenses de santé, en croissance régulière, et des soins médicaux à des coûts en constante augmentation, dans un contexte d’évolutions technologiques et de vieillissement de notre société, plaide Patrick Brothier. Aesio précise qu’il redistribue 80,5 % des cotisations à adhérents sous forme de prestations.

 

La baisse des dépenses de santé effectivement observée durant le 1er confinement a été très mise en place par le gouvernement. Pour le second confinement, il n’y a pas eu d’effet de reports de soins notables alors qu’un rattrapage des dépenses, notamment en optique et dentaire, a été constaté durant l’automne. Même s’il faudra atteindre la fin de l’année 2021 pour un bilan définitif, nous serons certainement au mieux, sur un impact quasi nul, estime la mutuelle.