Hausse ininterrompue des dépenses de protection sociale

Les États membres de l’Union européenne consacrent une part de plus en plus importante de leur richesse à des dépenses de protection sociale, soit 28,7 % du PIB en 2014, constate Eurostat. Les ratios les plus élevés sont ceux de la France et du Danemark.

 

Depuis 2011, les dépenses de protection sociale ont légèrement augmenté dans l’Union européenne (UE), passant de 28,3 % du PIB en 2011 à 28,7 % en 2014, selon les données d’Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne. En 2014, les deux principales sources de financement de la protection sociale au niveau de l’UE étaient les contributions publiques provenant des impôts, comptant pour 40 % des recettes totales, et les cotisations sociales pour 54 %. La France reste championne, avec 34,3 % de son PIB, devant le Danemark, 33,5 %, la Finlande, 31,9 % et les Pays-Bas (30,9 %). L’Allemagne colle à la moyenne européenne.

 

En revanche, si l’on tient compte de la dépense par tête d’habitant, le tiercé se compose du Danemark, des Pays-Bas et de l’Autriche. La France et l’Allemagne arrivent justes après. Le coût de la protection sociale n’est pas seulement lié au panier de prestations. L’équilibre démographique pèse lourd. Par exemple le rapport jeunes-personnes âgées, l’espérance de vie, etc.