Huit cadres sur dix prêts à quitter Paris pour la province

Les cadres franciliens se lassent de la région parisienne, confirme la 7e édition de l’étude que Cadremploi  consacre aux villes préférées des cadres, publiée ce 29 août. Les cols blancs n’en peuvent plus, du « métro-boulot-dodo », de la pollution, des embouteillages, de la ruée dans le métro et le RER.  Ils ont des envies d’ailleurs.

 Huit cadres interrogés sur dix (82 %) déclarent envisager une mobilité régionale. Parmi eux, 47 % disent déterminés, 35 % en parlent comme d’une éventualité. Principaux motifs de désaffection : le stress, le coût de la vie, les temps de trajet quotidiens, sachant que sept répondants sur dix déclarent passer plus d’une heure par jour dans les transports pour les déplacements professionnels.

 

Si l’on creuse du côté de l’échéance de ces projets de mobilité, plus de six cadres sur dix disent envisager une mobilité dans les 3 ans, dont 23 % d’ici moins d’un an. Quant à la destination, ils sont 53 % à souhaiter emménager dans une ville de taille moyenne et 31 % dans une autre métropole. Au premier rang des destinations plébiscitées figure Bordeaux. Nantes et Lyon se disputent les deux autres marches du podium depuis sept éditions, mais cette année, la première l’emporte 48 % contre 34 % pour Lyon.

 

Conscients qu’un projet de mobilité suppose certains changements sur le plan professionnel, les cadres se révèlent plutôt volontaires. 57 % des personnes interrogées se déclarent ainsi prêts à changer de métier pour partir en région. Ils sont aussi 52 % à envisager de démissionner de leur poste actuel. Même si la mobilité comporte un risque. Un cadre sur trois reconnaît qu’il y a davantage d’opportunités professionnelles dans la capitale.

 

 

« Si Paris semble rester un passage prioritaire pour débuter sa carrière, la ville est de plus en plus décriée par ceux désireux de concilier vies professionnelle et personnelle. Le souhait de résider en région semble s’accélérer et toucher les jeunes cadres souhaitant de plus en plus bénéficier d’un meilleur cadre de vie pour évoluer professionnellement et personnellement. Bien que Bordeaux apparaisse comme indétrônable, elle est de plus en plus challengée par la ville de Nantes qui ne cesse de creuser l’écart avec les autres métropoles » commente Julien Breuilh, directeur des études Cadremploi.